Déclaration liminaire CSE du 27 avril 2021

27 avril 2021

Capture d’écran 2021-04-26 à 15.19.31

 

Capture d’écran 2021-04-26 à 15.19.55

Dialogue social en berne

2 avril 2021

Capture d’écran 2021-04-26 à 15.22.09

 

Capture d’écran 2021-04-26 à 15.22.22

Compte rendu CSE du 18 MARS 2021

22 mars 2021

Risques psycho-sociaux :

La délégation UNSA CPRPSNCF a tenu lors de sa déclaration liminaire à traiter le sujet des risques psycho-sociaux (RPS) et notamment la prévention de ceux-ci. La pandémie est un véritable facteur d’aggravation de ces RPS (isolement, décrochage, burn out). La prévention de ces risques est inhérente à tout employeur et celle-ci est d’autant plus nécessaire avec un facteur comme la pandémie mondiale. La direction nous a informés qu’un questionnaire sur la perception de ces RPS aurait dû être diffusé à l’ensemble des agents mais que celui-ci avait été reporté car les résultats de ce questionnaire auraient pu être impactés par la pandémie. N’aurait-il pas été opportun de le faire et plus particulièrement en cette période inédite ?
Autre fait notoire, sur le Bilan Hygiène Santé & Conditions de Travail (BHSCT) présenté lors de cette séance, toutes les actions à la prévention de ces risques ont été mises en suspens pour cause de pandémie liée au COVID 19.

Nous demandons au contraire l ‘envoi du questionnaire aux agents et que les élus soient associés au retour de celui-ci. 
Accord télétravail : 

La direction a informé les élus du CSE que sur les négociations du télétravail, deux demandes d’ajustements sur les formulations de l’accord ont été faites. Cependant, la DIRECTION persiste dans son souhait d’engager les négociations sur l’accord lié au temps de travail et ce malgré le désaccord de l’ensemble des organisations syndicales.

Comme indiqué dans notre tract du 31 mars, L’UNSA CPRPSNCF demande à la Direction de finaliser l’accord télétravail en priorité avant d’engager des négociations sur le temps de travail fin 2021. De ce fait l’UNSA CPRPSNCF n’a pas participé là la bilatérale proposé par la Direction le 7 avril. 
Hall d’entrée : 

Les élus UNSA CPRPSNCF, toujours dans leurs prérogatives Santé, Sécurité et Condition de Travail ont souhaité obtenir des précisions sur la mise en place des portes manuelles sur l’entrée Leclerc. Ces portes qui en plus d’être lourdes, limitent de manière inéluctable l’accès pour les personnes à mobilité réduite au site Leclerc. Sur ce point, nous recevons un appui favorable de la sous directrice qui nous indique que cette situation est non conforme et que cela semble paradoxal aux vues des sommes folles dépensées.
Madame La présidente, répond favorablement aux nombreuses demandes de la délégation de l’UNSA CPRPSNCF en nous indiquant son souhait d’apporter lors du CSE du mois de Juin 2021, des précisions sur l’enveloppe budgétaire des travaux de réhabilitation du siège.

Depuis des mois L’UNSA CPRPSNCF demande à la présidente du CSE que la partie économique soit abordée dans cette instance et que le budget travaux qui est faramineux depuis des années soit mieux présenté et analysé et de façon moins opaque.

Départs progressifs UCANSS :  

Concernant les départs progressifs à la retraite des agents UCANSS, la direction nous indique que depuis décembre 2019 plus aucun accord n’est en vigueur. Madame la Présidente indique qu’il y a potentiellement une réflexion à porter sur ce sujet.

L’UNSA CPRPSNCF s’étonne que ce sujet soit laissé de côté et n’ai pas été repris dans l’accord GPEC par exemple. Jusqu’au 31 décembre 2019, les salariés UCANSS pouvaient en bénéficier à travers l’accord génération.
Une note technique interne demeure dans les organismes de sécurité Sociale jusqu’à fin 2021.Pour quelles raisons celle-ci n’est pas appliquée à la Caisse. 

Bilan Médecine du travail :  

A été présenté lors de ce CSE, le bilan de la médecine du travail pour l’année 2020. A notre grand étonnement, la direction n’a pas été en mesure de donner les effectifs des agents UCANSS présents sur le site de Marseille (siège et antennes) au médecin du travail.
Néanmoins, il demeure un aspect positif : l’accès aux agents UCANSS à l’infirmerie et le suivi sur le site en médecine du travail par le Dr DAUM.
Congés : 

Un ajustement a également été demandé par les élus concernant les congés et la possibilité de poser un demi-JHV accolé à un demi-congé. La direction nous répond que cela est tout à fait possible. Il y a une interprétation négative de la note envoyée. Un rappel sera fait auprès des managers et une Foire Aux Questions va être mise en ligne.

L’UNSA CPRPSNCF sera vigilant sur ce sujet qui est source de tensions auprès des agents. 
Vivier de talents :
Comme évoqué lors des précédents CSE, un point a été réalisé sur bilan du vivier de talents. Le taux de réussite est insatisfaisant, du fait du nombre d’agents admis qui ne permet pas de couvrir les besoins futurs sur trois des viviers. (Managers stratégiques et opérationnels, et cadre expert)
Un questionnaire va être adressé aux candidats afin de recueillir leur avis (admis et non admis) et un questionnaire pour les managers des agents qui ont candidatés.
La direction propose donc au moins pour les viviers qui n’ont pas donné entière satisfaction, de refaire une épreuve car l’objectif a été partiellement atteint. La révision ne permettra pas d’enlever certaines épreuves (écrit). Cette épreuve sera certainement prévue sur l’année 2022.

La Direction persiste et signe. Elle considère que ses attendus et ses exigences sont fondées. Ce n’est pas un nouvel examen qu’attendaient les agents mais bien une révision des critères. La Direction ne se remet jamais en question, elle se considère pertinente en tout domaine. Nous sommes en désaccord total avec cette absence de GPEC pour les agents de la caisse et l’UNSA-CPRPSNCF n’en restera pas là sur la GPEC.

Consultation sur la centralisation des RIB : 
Lors de cette séance, la direction a mis à l’ordre du jour une consultation sur la centralisation des rib des assurés par le service SGI/ID. Sujet intéressant dans la forme mais une fois de plus malgré les remarques régulières de la délégation UNSA CPRPSNCF, nous faisons face à un délit d’entrave. En effet, des formations ont été réalisées avant la présentation en consultation en CSE. La direction ne respecte pas le principe d’information et consultation et les élus ont reçu les documents concernant cette consultation le vendredi à 17h pour un CSE le jeudi à 9h15, ce qui ne laisse pas beaucoup de temps pour étudier correctement un dossier Face à cette situation, la direction nous propose de voter par mail dans les 15 jours suivants l’instance du jour. Après concertation avec l’ensemble des organisations syndicales, nous décidons de ne pas formaliser ce vote par mail car il est contraire au bon fonctionnement de l’instance. Nous demandons donc avec l’appui du secrétaire, un CSE extraordinaire afin que nos votes se fassent en instance et surtout soient annexés dans un Pv.

Suite à la demande des élus UNSA, un CSE extra s’est tenue le 26 mars ou les élus ont pu s’exprimer correctement sur ce dossier. L’UNSA CPRPSNCF s’est donc abstenue lors du vote en argumentant sur l’intérêt du contenu du dossier mais en dénonçant la forme du vote et le potentiel délit d’entrave dû à la réalisation de formation en amont de la consultation en CSE.

Déclaration CSE du 18 mars 2021

18 mars 2021

Lors de ses vœux 2021, M. Pierre ROBIN avait remis en lumière la volonté de la Caisse de mettre en place du mécénat d’entreprise à travers un dispositif interne, affiché et plutôt orienté localement.

Nous vivons depuis des semaines en cohabitation à la CPRPSNCF avec des femmes et des hommes se logeant dans des tentes de fortune devant l’entrée de l’établissement.

Nous sommes donc en première ligne de la misère sociale et apparemment les pouvoirs publics laissent pourrir la situation.

« Nous vous rappelons que conformément à la Charte du bon usage de l’informatique et du réseau, la responsabilité de la diffusion d’une information appartient au créateur de celle-ci, de ce fait, les actions « répondre », « répondre à tous » ou « faire suivre », ne sont pas autorisées. »

Est-ce que la Direction est intervenue ? Peut-elle faire une action ou peser auprès de ces mêmes pouvoirs publics pour trouver des solutions pour ces sans abris ?

Dans un des documents présentés aujourd’hui en CSE, le Bilan annuel de l’Hygiène, de la Sécurité et des Conditions du Travail 2020, les élus UNSA CPRPSNCF ont été interloqués de trouver dans le chapitre 4.3 Risques psycho-sociaux les notions suivantes : « Actions en suspens pour raison Covid 19 «

Pendant des années les élus UNSA-CPRPSNCF au CHSCT avait poussé la Direction à prendre plus sérieusement en compte les notions de risques psycho-sociaux et à mettre en place une réelle politique de préservation de la santé de ses agents.

Des groupes de travail, des informations des élus à ces problématiques, une cellule d’écoute et des communications envers les agents avaient vu le jour suite à nos demandes.

Nous sommes donc fortement gênés de retrouver dans la mise en place de plans d’actions de ce document, la mise en suspens de toutes ces étapes réalisées auparavant.

Comme si le COVID ne permettait plus de se pencher sur ces maux pourtant encore plus présents et persistants durant la crise sanitaire.

Au contraire nous pensons que ces sujets auraient dû être mis en avant par la CSSCT, ce qui n’a pas été fait en 2020 par manque d’intérêt, ou plus grave, manquement au rôle de prévention et de sécurité de l’employeur et de cette commission.

Nous demandons donc à la Direction, de revoir pour 2021 cette mise en suspens des problématiques risques psycho-sociaux et qu’une information soit donnée aux élus dans un prochain CSE sur les conséquences psychologiques de la pandémie et sur d’éventuelles mesures supplémentaires à mettre en œuvre à la Caisse.

Les élus UNSA ont demandé qu’un point d’étape soit fait sur les travaux de l’entrée principale de la CPRPSNCF.

Toujours dans nos prérogatives de santé et de sécurité des agents ainsi que pour de bonnes conditions de travail, nous ne comprenons pas que des portes manuelles si lourdes soient installées alors que des agents à mobilité réduite ou en fauteuil peuvent être amenés à accéder à l’entrée Leclerc !

De plus en période de Covid, les agents doivent tirer ou pousser ces portes alors que des ouvertures automatiques sont préconisées et limiteraient donc les risques de contamination.

Enfin aux vues des dépenses en millions pour la rénovation du bâtiment, ce choix nous laisse perplexe sur la maitrise du coût des travaux et de certains achats effectués depuis des années (luminaires, stores, etc).

Il serait opportun de faire une présentation au CSE, qui détient les prérogatives économiques, sur le coût cumulé des travaux du bâtiment à la CPR et sa répartition par postes.

Un dernier point est évoqué ce jour, il s’agit du vivier des talents, titre bien présomptueux mais qui relève certaines questions et inquiétudes de notre part.

Nous sommes en effet perplexes au regard du faible nombre de managers reçu au final : 2 sur 19 candidats soit 10% de réussite dans un secteur où les besoins vont être les plus importants dans les années à venir.

Ne pensez-vous pas qu’il serait préférable de sélectionner des agents pour les intégrer à un cursus de formation pendant 1 an afin qu’ils soient rattrapés ? Ou les 17 personnes étaient vraiment très loin des objectifs attendus ?

Cela permettrait de couvrir une plus grande partie des besoins et donnerait une deuxième chance à ces agents tout en évitant un recrutement extérieur à outrance !

Nous constatons aussi l’écart existant entre les besoins en managers stratégiques (5) et le nombre de reçu (1).

Un déséquilibre qui nous fait craindre là aussi un retard et un échec d’une politique GPEC qui pour l’UNSA CPRPSNCF doit mettre plus en évidence le déroulement de carrière en interne de ses personnels.

Nous sommes totalement déçus par les résultats de ce « Vivier des talents ». « Tout ça pour ça » une fois de plus ! Malgré les belles paroles prononcées lors de la négociation de l’accord GPEC, force est de constater que le compte n’y est pas du tout. Nous avons clairement le sentiment d’avoir été trompés et surtout les agents floués sur leur avenir à la CPR.

La question de la pertinence de ce n-ième dispositif se pose de manière flagrante. Soit la Direction a voulu sciemment bloquer les agents de la caisse, soit les objectifs sont disproportionnés.

Quoiqu’il en soit, l’UNSA-CPRPSNCF n’en restera pas là dans ce dossier.

Et pour commencer, nous demandons que tous les candidats aient accès à leurs copies et résultats d’entretiens car ce sont des informations personnelles et ils ont légalement le droit d’y accéder et de savoir comment ils ont été évalués.

Négociatrice des accords l’UNSA vous informe

10 mars 2021

image

Demande CSE Extra

1 novembre 2020

Capture d’écran 2020-10-28 à 13.34.49

Télétravail : Suspension des négociations

20 octobre 2020

Capture d’écran 2020-10-20 à 09.56.06

 

Capture d’écran 2020-10-20 à 09.56.21

Déclaration CSE du 13 octobre 2020

13 octobre 2020

Capture d’écran 2020-10-13 à 16.12.37

 

Capture d’écran 2020-10-13 à 16.13.09

CR CSE 17 septembre 2020

12 octobre 2020

Capture d’écran 2020-10-06 à 09.18.32

Capture d’écran 2020-10-06 à 09.19.36

Capture d’écran 2020-10-06 à 09.19.49

Capture d’écran 2020-10-06 à 09.20.01

Capture d’écran 2020-10-06 à 09.20.10

Capture d’écran 2020-10-06 à 09.20.19

Capture d’écran 2020-10-06 à 09.20.30

Echos de l’UNSA n°1

3 octobre 2020

Echo1

 

Echo2

 

Echo3

12345...24