Déclaration DP/CE du 25 mars 2013

 

Monsieur le président et ses assesseurs, Mesdames, Messieurs les délégués du Personnel

 

Dans le cadre des élections professionnelles du 5 mars 2013, les salariés de la CPR ont placés en tête les listes UNSA pour les maîtrises et cadres et avec près de 42% des suffrages exprimés, l’UNSA est devenue et c’est inédit la première force syndicale de la Caisse.

Si ce résultat valide la crédibilité de nos candidats et entérine notre démarche pragmatique, il nous confère également de nouvelles responsabilités. 

Les salariés de cette Caisse dans leur ensemble attendent de leur représentant à la fois capacité de dialogue et efficacité dans la recherche de solutions mais aussi volonté de mettre en place un consensus syndical autour des grands projets à enjeux mais aussi face aux problèmes et risques sociaux qui pourraient advenir

 

Concernant les délégués du personnel et de commissions; nous souhaitons travailler dans un nouvel état d’esprit tel que celui instauré au niveau des Délégués cadres depuis 4 ans et je salue au passage JM iacono avec qui nous avons pu agir en toute concorde et dans un climat de confiance mutuel au final fructueux pour les salariés que nous avons eu à défendre. Je n’ai pas de doute sur la volonté de chacun au sein de cette instance de vouloir cheminer ensemble dans cette direction

En ce qui concerne le CHSCT qui sera renouvelé d’ici à fin avril et dont l’UNSA souhaite assurer le secréterait, il conviendra désormais que ses membres après débats et discussions puissent agir en totale concertation sans esprit partisan et sans mettre en avant leur bannière ou leur appartenance syndicale

Le CHSCT doit être une instance impartiale susceptible d’intervenir pour protéger des risques , l’ensemble des salariés de l’entreprise et ces derniers ne sauraient comprendre tout autre démarche ! L’UNSA à travers ses représentants s’engagera dans cette voie en sachant qu’elle sera jugée sur les résultats mais aussi sur la méthode et la manière.

 

Sur le sujet du Dialogue sociale et des relations avec la Direction nous entendons dire quelquefois que celui-ci n’existe pas..

Délégué du personnel régulièrement élu depuis 2001, je peux vous affirmer que cette assertion est inexacte voire fausse..le dialogue social existait avant 2007 et il s’est poursuivi dès l’instauration de la nouvelle Caisse avec très rapidement la mise en place des instances, l’ouverture de négociations sur des accords d’entreprise, une relative écoute du Directeur et du comité de Direction…Le seul réel accroc majeur à ce fameux dialogue social s’est produit en janvier 2007 quand nous avons appris de la bouche de l’ancien Directeur au cours de la cérémonie des vœux, le projet d’autonomie de la Caisse pour juin de la même année ! Plus jamais ça…

Nous voulons désormais pouvoir intervenir en amont et être associés aux décisions lourdes et impactantes…Les temps ont changé et en effet, sans parler de co-gestion à l’Allemande, l’accord National Inter professionnel (ANI) du 11 janvier que l’UNSA a approuvé, prévoit entre-autres de nouveaux dispositifs intégrant les représentants des salariés au sein des instances décisionnelles des entreprises.

il existe donc à CPR le « fameux » dialogue social mais il faut le faire vivre, l’organiser de manière plus dynamique et instaurer une coopération constructive entre « nous » organisations syndicales représentatives qui devons être plus unis et la Direction qui doit également être davantage à notre écoute.

Dans cet état d’esprit, nous sommes prêts pour discuter très prochainement d’accord d’entreprises tels que « Egalité hommes-femmes », « moyens électroniques mis à disposition des représentants du personnel « mais surtout pour envisager l’avenir, le déroulement de carrière et l’harmonisation des procédures de notation/valorisation des différentes catégories de personnel (agents SNCF mis à disposition, PS 25, personnel à statut UCANSS, praticiens-conseils).Cela ne peut se faire que dans le cadre de discussion autour d’un grand accord global de Gestion Prévisionnelle de Emplois et des Compétences (GPEC) ou les partenaires sociaux doivent prendre toute leur part afin d’éclairer les salariés sur leur évolution professionnelle et celle de leurs métiers au cours au moins des 4 ou 5 prochaines années.

Les agents de maîtrises et cadres mais aussi les agents du 1er collège qui attendent l’organisation de prérequis TAD dès 2014 nous ont mandaté notamment à cette fin. Nous ne devons pas les décevoir et nous demandons que des discussions assez vite s’engagent dans ce domaine et qu’un éventuel accord intervienne le plus rapidement possible et en définitive avant la fin de l’année 2013 .Celui-ci pourra être intégré ainsi à la future COG après discussion avec les Ministères. L ‘UNSA , ouverte au dialogue ne transigera pas sur ce point !

Nous souhaitons pour terminer, saluer l’ensemble des représentants du personnel de cette instance pour leur travail durant ces 4 années et la richesse des discussions vives parfois mais sincères et passionnées qui nous ont animées ainsi que le personnel du service Rh-RS qui a toujours contribué de manière efficace au bon déroulement de nos réunions. Bonne continuation à ceux qui nous quittent et bienvenue aux nouveaux élus qui sont assez nombreux et je l’espère motivés par cette noble tâche qu’est celle de représenter et défendre si nécessaire ses collègues de travail. 

 

Merci Monsieur Le Directeur et Mesdames et Messieurs les délégués du Personnel pour votre écoute.

 

Jean-Marc Maini pour la délégation UNSA

Laisser un commentaire