CR HIS

L’heure d’information syndicale UNSA s’est déroulée le 21 janvier 2016 devant plus de 90 personnes.

La présence exceptionnelle de jean pierre ODDOU expert protection sociale et finances à la fédération UNSA ferroviaire et ancien cadre supérieur de la CPR à bien sur attiré du monde.

Nous avons évoqué lors de cette heure d’info la mise en place du CE EPIC SNCF à majorité UNSA et la désignation du nouveau secrétaire (Éric MARCHETTI) le  bureau, ainsi que le rôle des deux élus de la caisse : olivier MAINI en maitrise (lien avec la restauration) et Sébastien MANAZ en exécution (lien avec les activités sociales)

Nous avons  également  exprimé la volonté de notre majorité de conserver toutes les activités sociales et la restauration sans aucune mutualisation vers des CE régionaux, pour pouvoir mettre en place dans les 3 années à venir des activités modernes et attractives.

La phase de transition qui durera jusqu’ en juillet 2016 ne nous permet pas encore de planifier complètement les futures activités et a engendré du retard dans la mise en place des chèques vacances en particuliers.

Nous avons ensuite évoqué le début d’année agité de la sous direction vieillesse avec la mise en place de la mensualisation et la suppression des décomptes.

L’organisation prévue pour gérer cette mensualisation a été débordée, engendrant un flot incessant d’appels téléphoniques de la part des retraités. Le service des pôles pensionnés s’est ainsi retrouvé saturé pendant une semaine et malgré l’aide des autres sous direction de la caisse, la qualité de service a fortement diminué et le mal être des agents s’est accentué.

Le  CHSCT a sollicité la direction sur les conditions de travail des services pensionnés et cotisants.

Nous avons rappelé la qualité de service des agents de la caisse qui malgré les événements font  toujours de leur mieux.

Dans la deuxième partie de l’heure d’information syndicale, jean pierre ODDOU nous a informé de l’action de l’UNSA ferroviaire envers les ministères au sujet de la PUMA (protection universelle maladie) qui a pu éviter que 30 000 étudiants ou conjoints sortent de notre régime.

Il a également évoqué les nouvelles règles de financement de notre régime spécial qui est maintenant adossé à la sécurité sociale et non plus compensé par l’état (système de compensation depuis 45 ans).

La perte d’une partie de la csg reversée par l’état, en effet les retraités ne rentrent plus dans le calcul de cette dotation.

Il a surtout rappelé que notre régime, avant l’autonomie était le régime le mieux géré et  pouvait financer ces prestations non pérennes, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

Nous remercions les agents présents ce jour là et leur donnons rdv dans deux mois.

Laisser un commentaire