DÉCLARATION CE EPIC SNCF

Dans le décret d’autonomie de la CPRPSNCF, et la convention qui lie la SNCF et la CPR, il est notamment prévu L’embauche et la mutation possible d’agents SNCF vers la Caisse.
Or depuis septembre 2013, et l’arrivée d’un nouveau directeur, celui ci a mis fin a l’embauche .de cheminots et surtout stoppé quasiment tout apport de mis à disposition,(une seule mutation en trois ans et demi).Malgré nos demandes incessantes en DP CPR, le directeur nous répond systématiquement que ce n’est pas une volonté mais un manque d’opportunités que de trouver des cheminots .
Nous regrettons cet état de fait, car pendant des années la CPR a pu offrir des postes à du personnel administratif et bien sur ces profils existent dans notre EPIC.
Le 26 janvier 2017, aux DP CPR on nous a annoncé la difficulté pour couvrir 3 postes de gestionnaires à l’antenne de Paris, alors qu’il nous paraît évident que des mutations d’agents SNCF seraient possibles et souhaitables.
Nous vous demandons, Madame la présidente de rentrer en contact avec la Direction de la CPRPSNCF pour relancer et pérenniser ces mutations dans l’intérêt des deux entités.

Un autre sujet qui découle directement de ces difficultés contractuelles, commence à nous inquiéter, il s’agit du déroulement de carrière des agents mis à disposition. La CPR
Etant une circonscription de notation unique, la baisse accélérée des effectifs de cheminots à la Caisse a pour conséquences, la baisse des contingents de notation.
730 cheminots sont mis à disposition mais le rythme de départs à la retraite et l’arrêt d’embauches SNCF, aura pour influence d’ici 5 ans, la chute de cet effectif à moins de 500 et bien sur un déroulement de carrière fortement freiné.
A cela se conjugue l’embauche de salaries à convention collective UCANSS, ce qui ne permet plus de maintenir un déroulement de carrière correct et équivalent aux autres cheminots de l’ EPIC SNCF.
Quelles solutions envisagez vous Madame la présidente, pour solutionner ces futures évolutions ?

Une autre problématique est apparue récemment, concernant le cabinet médical CPR avec la suppression d’un temps plein infirmier au bénéfice d’un temps partiel à 80% et ayant pour conséquences la fermeture deux demi journées par semaine de ce cabinet médical.
Le personnel se retrouvant ainsi sans médecine de soins, (ni médecin ni infirmiers) à cette occasion.
Il est pourtant prévu, là aussi dans le décret et la convention de mise à disposition, le maintien et la continuité de cette médecine au sein de la CPR !
Nous vous demandons, Madame la présidente d’intervenir sur cette problématique qui est survenue suite à une réorganisation des services médicaux.

Laisser un commentaire