Compte rendu UNSA DP/CE du 25 octobre 2018

Rapport annuel de la médecine du travail :

Mmes les médecins du travail (UCANSS et SNCF) ont présenté leurs rapports d’activité annuels.

Côté UCANSS pas d’absentéisme constaté pour les convoqués. Côté SNCF, il y a 400 dossiers en retard (sur 660). Pour rappel, depuis 2017 les contrôles ont lieu tous les 5 ans. Le problème serait informatique : beaucoup de convocations n’arriveraient pas en temps et en heure aux agents ; or le logiciel après une relance, perd la trace du dossier inachevé.

Nous avons insisté pour qu’une solution soit trouvée entre la CPR et la SNCF, une fois de plus… notamment pour les agents des antennes qui sont encore plus mal considérés que les agents du siège.

Evolution du département V/SMP :

Notre question : dans votre document, la nouvelle organisation ne fait plus référence à la Qualité. Cette activité est-elle de fait abandonnée ?

Réponse : l’activité n’est pas abandonnée mais continue d’être assurée par l’adjointe à la sous directrice qui est nommée « référente Qualité » pour V.

le Directeur a suggéré que pour bien affirmer cette réalité, la Qualité soit intégrée dans le nouveau nom du département, alors qu’aujourd’hui le nom proposé intègre la notion de « Contrôle ».

 

Réorganisation de la DSI :

Notre question : La délégation du personnel vous demande à quelle date le dossier d’évolution majeure de la Sous-Direction du Système d’Information sera présenté en consultation aux IRP, comme prévu par le législateur ?

Réponse : « Il n’y a aucun dossier de réorganisation de la DSI ; ce sont des bruits de couloir ».

Nous avons bien évidemment réagit face à ce déni en insistant sur la situation compliquée vécue depuis des mois par les agents de la SDSI. Nous avons mis en exergue les multiples cas de mouvements anticipés, en dehors de tout protocole établi. Finalement, le Directeur adjoint va évoquer ce dossier avec le sous directeur de la SDSI pour enfin « sortir du bois »..

 

Restauration dans les antennes :

Sur ce sujet récurrent depuis des années, nous évoquons la difficulté pour les agents des antennes pour se restaurer correctement et plus particulièrement pour accéder à des restaurants d’entreprise.

Coté UCANSS, les agents  des antennes ne bénéficient pas comme ceux du siège de la convention entre la CPRPSNCF et le CE EPIC SNCF qui leur octroi  une subvention identique aux cheminots.

Nous reviendrons sur ce sujet avec le nouveau directeur, Monsieur ROBIN, lors d’une prochaine bilatérale UNSA / Direction.

Coté cheminot, les agents des antennes ne peuvent pas accéder aux restaurants d’entreprise gérés par les CE CGT régionaux qui n’octroient  pas la subvention accordés à tous les cheminots. Ainsi le cout d’un repas est trop important et ceux-ci ne mangent pas dans ces emprises.

Nous regrettons cette attitude alors que le CE EPIC SNCF, accueille les cheminots de tous les EPIC et au même tarif  dans ces cantines. (Exemple au restaurant d’entreprise LECLERC).

Laisser un commentaire