Compte rendu UNSA DP/CE du 20 décembre 2018

Suite à notre déclaration le directeur adjoint(le Directeur étant absent) nous répond sur certains points :

 

Les agents mis à disposition sont-ils éligibles à la prime de 400€ /200€ annoncée par la SNCF ?

Réponse de la Direction : « la SNCF nous indique que oui  et sera versé sur la paie de décembre»

 

Sur la prime de fin d’année « MACRON »concernant les salariés UCANSS, la Direction est en attente d’une note de modalité des organismes de tutelle pour un versement  en début d’année.

 

Sur les formules de travail, le Directeur adjoint nous confirme qu’un sondage auprès des agents, pour obtenir leur préférence sur les formules sera réalisé prochainement.

Nous sommes satisfaits de cette réponse mais nous demandons que ce sondage soit réalisé dans le premier trimestre 2019.

 

Sur l’Infirmerie et la médecine du travail, nous avons été informés par la Présidente du CE EPIC SNCF qu’une solution avait été trouvée pour compléter le temps partiel de l’infirmière de 70 à 100 %.Le Directeur adjoint nous indique qu’une convention va être signée entre la CPRPSNCF et la SNCF à ce sujet. Il rajoute que les agents UCANSS pourront se rendre au service médical CPR et qu’une étude sur la faisabilité d’une présence à la caisse de la médecine du travail UCANSS  est en cours.

Nous sommes satisfaits que ce dossier en instance depuis plus d’un an trouve enfin une issue favorable autant sur la médecine de soins que sur la médecine du travail.

 

Sur le non versement annoncé de la PEC en 2019 et notre proposition d’une prime exceptionnelle en compensation. Le Directeur adjoint nous confirme que le principe d’une prime exceptionnelle pour tous les agents est validé par le Directeur. Nous serons informés des modalités en début d’année. 

Il nous parait nécessaire de maintenir le pouvoir d’achat des agents dans la continuité des années précédentes malgré le non renouvellement de la PEC.

 

Projet d’évolution de l’organisation de la SD des SI:

Le document de présentation n’ayant pas pu être communiqué aux délégués du personnel avant la séance, la Direction préfère reporter l’information aux DP/CE de janvier. Elle fournira ce jour le document support aux délégués.

Nous étions effectivement surpris de l’absence totale de communication sur ce sujet. Nous avons reçu le document le soir même à 17h. Nous allons l’étudier attentivement et demanderons la forme de débat la plus adaptée en fonction de l’importance du sujet. 

Nous réaffirmons ici notre volonté d’un dialogue social de qualité à la CPR. Les dossiers ne doivent pas être expédiés et il faut se donner les moyens de les étudier et d’en débattre dans une optique constructive pour la Caisse et ses agents.  

 

Projet d’évolution de l’organisation du service Maintenance et Travaux d’entretien de la SD -SGI:

Nous avons fait une déclaration spécifique sur ce dossier. (Voir ci-dessous)

Mr ROUX a développé ses propositions pour résoudre les difficultés relationnelles rencontrées dans ce service depuis de nombreux mois.

Nous avons pu échanger de manière sincère et constructive sur ce dossier. Enfin une action est mise en œuvre pour apaiser les tensions et normaliser les relations  entre les agents. Depuis de trop nombreux mois nous avons averti régulièrement en instances sur les souffrances endurées ; c’est pourquoi, bien que nous appréciions la mise en œuvre de ce plan d’action, nous nous sommes abstenus lors de la consultation du CE.

Nous serons particulièrement attentifs à l’évolution du service au cours du prochain semestre.  

Dans l’organisation cible de la Maintenance, pouvez-vous préciser les liens fonctionnels avec les autres services de SGI et qui les gèrera ?

Réponse de la Direction : « c’est le cadre qui gèrera les relations avec les autres services, tout passera par lui. »

Cela nous semble adapté. Il est souhaitable que cela perdure dans le temps.    

 

Notre déclaration sur la Maintenance :

Monsieur le Président, 

Le dossier d’évolution d’organisation du service de la Maintenance est présenté ce jour dans notre instance, après avoir été présenté au CHSCT.

Nous vous rappelons que depuis deux ans nous avons évoqué ici mêmeles difficultés de ce service.

Aujourd’hui enfin nous est proposé en consultation une évolution de l’organisation.

Après avoir pris connaissance de la note et de l’avis du CHSCT, nous émettons les mêmes réserves que nos collègues quant à l’exhaustivité de la présentation du contexte.

Il est dommage que les autres services de la sous direction Immobilier ne figurent pas sur l’organigramme cibleafin qu’on puisse mieux appréhender la portée des actions proposées. 

En effet, les difficultés du service de la Maintenance ne sont pas purement endogènes, mais bien la conséquence de relations fonctionnelles avec les autres services, notamment les Travaux. 

Or la note, telle qu’elle est présentée, laisse à croire que les difficultés sont purement internes au service. Un mauvais diagnostic entraînera forcement un échec de la démarche. A ce titre, le rapport complet du coach aurait pu être communiqué aux instances afin qu’elles puissent avoir une vision complète du dossier. Gardons en mémoire que les IRP ont un devoir de confidentialité

Il y a fort à parier que les difficultés rencontrées étaient décrites dans l’audit de l’Immobilier effectué en avril 2012, mais que malheureusement, il n’y a pas eu capitalisation sur les expériences antérieures.

Il est regrettable  que la fréquence des réunions n’ait pas été précisée pour donner du sens à l’action 3, quitte à être ajustée ensuite. La note aurait gagné à être plus précise et circonstanciée, d’autant qu’elle est censée être mise en œuvre dès la fin du mois.

Enfin, la délégation UNSA souhaite qu’un retour soit fait dans 6 mois au CE sur l’adéquation charge/moyens, et au CHSCT sur la disparition des difficultés relationnelles dans le service.

Nous nous réjouissons qu’une action soit enfin prise pour le service de la Maintenance, toutefois, eu égard au temps que cela a pris, notre délégation s’abstiendra lors de la consultation.

La délégation UNSA

Laisser un commentaire