Archive de la catégorie ‘Non classé’

Commissions de notation 2017

Samedi 11 février 2017

Capture d’écran 2017-02-11 à 17.49.16

Contractuels affiliés à la complémentaire Humanis

Vendredi 3 février 2017

Contractuels

L’UNSA-CPRPSNCF obtient gain de cause Aux prudhommes

Mercredi 29 juin 2016

Le 29 juin 2016 le conseil des prudhommes de Marseille section commerce à pris la décision suivante :

Concernant  les 13 salariés soutenus par l’UNSA :

-La CPRPSNCF et la SNCF sont condamnées à verser les sommes suivantes aux salariés :

-Condamner in solidum la SNCF et la CPRP-SNCF à verser la somme de 395,34 € bruts au titre du rappel de salaire dû, outre 39,54€ bruts d’indemnité compensatrice de congés payés.

-Condamner la CPRP-SNCF à verser la somme de 100 € à titre de dommages et intérêts pour résistance abusive.

-Condamner la SNCF et la CPRP-SNCF à verser la somme de 250 € au titre de l’article 700, ainsi qu’aux entiers dépens.

Dans ce litige qui nous oppose à la direction de la CPRPSNCF et à la SNCF au sujet du dividende déduit du calcul de la prime d’efficacité collective versé en 2014 et 2015 aux agents mis à disposition, la justice a tranché en notre faveur.

Il nous semblait légitime depuis notre action en justice en décembre 2014 que ce dividende et cette prime d’efficacité collective n’avait pas les mêmes fondements juridiques et qu’il n’était pas juste de reprendre de tels montants alors que les objectifs avaient été atteints par les agents.

Sans créer de polémiques l’UNSA en tant que syndicat  garant du pouvoir d’achat des agents, et attentif à ce que le droit soit respecté se réjouit de cette décision qui rétablit notre dû.

Un agent cadre doit passer en jugement section encadrement le 8 juillet 2016 et un dernier agent en section commerce à Martigues le 27 septembre 2016.Bien entendu la jurisprudence de ce jugement du 29 juin 2016 favorisera les décisions de ces deux conseils.

Nous vous proposons de nous contacter si vous souhaitez avoir des renseignements sur cette procédure.

Par mail unsa@cprpsncf.fr

Par tel  04 95 04 04 99 (52 04 99)

Grève SNCF

Vendredi 3 juin 2016

Capture d’écran 2016-06-03 à 08.27.44 Capture d’écran 2016-06-03 à 08.27.57 Capture d’écran 2016-06-03 à 08.28.07

L’UNSA-CPR refuse de signer l’accord GPEC

Jeudi 24 mars 2016

Depuis plusieurs semaines des discussions ont lieu entre la Direction et les organisations syndicales représentatives du personnel de la CPR, autour de la mise en œuvre d’un accord GPEC  à la caisse.

Qu’est-ce que la GPEC ?

La GPEC (Gestion prévisionnelle des Emplois et des Compétences) peut se définir comme « la conception, la mise en œuvre et le suivi de politique et de plans d’actions cohérents :

- visant à anticiper et à réduire les écarts entre les besoins et les ressources humaines de l’organisation en fonction de son plan stratégique,

- et en impliquant le salarié et l’entreprise au travers d’un projet d’évolution professionnelle.

La GPEC comporte à ce titre une double dimension, collective et individuelle :

- sur le plan collectif il s’agit d’intégrer la dimension « ressources humaines » notamment allongement de « la vie au travail » et l’équilibre générationnel comme un paramétrage stratégique et de maîtriser les évolutions de l’emploi quantitativement et qualitativement et ce à moyen terme

- sur le plan individuel il s’agit de donner à chaque salarié les moyens d’être acteur face au marché de l’emploi et de lui permettre de construire et de mettre en œuvre un projet professionnel adapté. »

Pourquoi l’UNSA-CPR refuse de signer cet accord ?

Cet accord que nous avions souhaité ambitieux et favorable pour l’ensemble des personnels de CPR devait permettre de contractualiser des intérêts communs  et partagés.

Or aux termes des négociations avec la Direction, nous regrettons que cela ne soit pas le cas.

L ‘UNSA n’a donc pas signé cet accord car la Direction ne démontre pas d’une réelle volonté d’anticipation et d’engagement dans l’intérêt du déroulement de carrière des agents de la caisse.

Nous regrettons notamment que nos demandes n’aient pas été prises en compte sur les deux points suivants :

- Mise en place d’un pourcentage ambitieux de couverture des postes vacants  par le biais de promotions internes : afin de montrer une volonté réelle envers les agents de la caisse de remédier à la situation actuelle (et non une simple déclaration d’intention sans aucun engagement comme c’est le cas dans l’accord proposé),
– Informer les délégués du personnel du déroulement des personnels UCANSS et contractuel : afin de vérifier la bonne application des textes réglementaires en vigueur (ce refus montre au contraire le souhait de la Direction de conserver de l’opacité  pour ces catégories de personnel).

Nous déplorons que l’accord proposé ne soit qu’un recueil de procédures RH existantes, n’apportant aucune plus-value pour les agents. Il s’agit plus d’un bilan des dispositifs en place et des améliorations apportées ces derniers mois par la Direction, mais aucune avancée n’est inscrite dans le texte présenté, malgré nos propositions.

Nous regrettons le manque d’ambition de cet accord  dans une période cruciale ou de nombreux départs en retraite vont avoir lieu. Sur la forme, la négociation à marche forcée sur un sujet si important est une erreur.

En tant que syndicalistes réformistes et responsables nous espérons que dans quelques mois une écoute plus favorable à nos demandes (plus particulièrement dans le cadre de la promotion interne) et des avancées significatives pour les salariés de CPR nous permettrons d’envisager une autre issue.

Grève du 1er Mars 2016

Jeudi 3 mars 2016

IMG_0753 IMG_0755 Processed with VSCOcam with c1 preset Capture d’écran 2016-03-03 à 08.51.15

Capture d’écran 2016-03-03 à 08.52.26

Déclaration DP

Jeudi 28 janvier 2016

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les délégués du Personnel.

La délégation UNSA vous présente ses vœux pour cette année 2016.

Une année qui a débuté de façon chaotique pour la sous direction de l’assurance vieillesse et la Caisse dans son ensemble. En effet la mise en place de la mensualisation des pensions au 1er janvier 2016 et surtout l’arrêt de l’envoi des décomptes de pension ont engendré une situation inédite à la CPRPSNCF. L’organisation prévue pour gérer cette mensualisation a été débordée, engendrant un flot incessant d’appels téléphoniques de la part des retraités. Le service des pôles pensionnés s’est ainsi retrouvé saturé pendant une semaine.

Les solutions trouvées pour pallier  ce désordre de gestion ont paru insuffisantes car des milliers d’appels ont été perdus, l’aide des services de V, des antennes, de la sous direction de l’assurance maladie et même de la DSI a permis d’éteindre momentanément le feu.

On peut donc légitimement se poser la question sur l’anticipation et la gestion de cette mesure pourtant connue depuis des mois.

Les moyens humains et techniques n’étaient en effet pas suffisants et la décision de ne pas envoyer un premier décompte certainement pas la meilleure initiative.

Il est du ressort de cette instance d’évoquer l’organisation du travail, il est tout aussi  important de parler du personnel de la caisse.

En effet le CHSCT est intervenu pour signaler les difficultés rencontrées par le personnel des espaces pensionnés et plus particulièrement le stress et les tensions qui peuvent en découler.

Un personnel qui a dû faire face à la mise en place du socle fonctionnel quelques jours avant l’échéance de janvier ! Le timing était il judicieux ?

Les outils pour pouvoir traiter les pensions  (EOPPS, GIP) étant également non fonctionnels dans la foulée, sans parler du dysfonctionnement téléphonique qui a suivi quelques jours après.

Tous ces événements ont permis cependant encore une fois de démontrer l’investissement sans faille des agents des bureaux de production, qui consciencieusement offrent une qualité de service à nos affiliés depuis des années.

Il serait  bienvenu de reconnaitre ce professionnalisme dans le cadre soit des notations, soit par des primes exceptionnelles (voire les deux) et de mettre en avant le travail effectué même dans des conditions dégradées.

Le pic d’activité pouvant se répéter tous les mois on peut s’attendre à des problèmes récurrents dans les mois à venir, des moyens supplémentaires en personnel sont également souhaités  pour pallier  des situations identiques. En effet, si la mensualisation et le non envoi des décomptes peuvent engendrer des supposées économies de gestion (ce qu’il reste à démontrer), il n’en est pas de même sur la quantité de travail. Sans aller jusqu’à trois fois plus de travail, on peut légitimement parler d’une augmentation des taches dues aux 12 mensualités.

Pour toutes ces raisons la délégation UNSA demande la prise en compte réelle par la Direction des difficultés rencontrées par les bureaux de production, l’apport de moyens supplémentaires en agents et la reconnaissance financière du personnel par le biais des notations et des primes.

Mensualisation des pensions

Mardi 26 janvier 2016

Mensualisation des pensions

Protection Social

Mardi 26 janvier 2016

Protection social

CP de l’HIS UNSA du 28 septembre 2015

Vendredi 16 octobre 2015

L’heure d’information syndicale UNSA a eu lieu ce mardi 28 septembre 2015 au restaurant d’entreprise.

Nous remercions les 75 agents présents lors de cette HIS.

Nous sommes intervenus, Jean-Marc, Sébastien, Vanessa, David, Sophie et Olivier  sur plusieurs sujets de l’actualité.

Nous avons évoqué les élections du CE épic de tête SNCF qui auront lieu le 19 novembre 2015 en rappelant que le CE reste le lien principal des agents mis à disposition avec la SNCF.

L’objectif de l’UNSA ferroviaire étant de remporter ce CE  qui avec 12000 agents dont 800 agents de la cprpsncf devient un CE  majeur.

Déjà majoritaire au CE DT il nous semble logique de continuer notre travail dans ce périmètre et les représentants UNSA de la caisse seront présents sur les listes pour cette prochaine élection.

Nous avons ensuite fait signer une pétition sur l’intéressement dans l’épic de tête SNCF et  l’UNSA ferroviaire pèsera auprès de l’entreprise pour que les agents mis à disposition soient intégrés à ce dispositif.

Une demande de notre organisation a d’ailleurs été prise en compte par la SNCF puisque la prime de vacance sera augmentée en 2016.

Sur les arrêts médicaux, nous expliquons le dépit actuel de certains agents qui suite à des contrôles ont eu des retenus sur salaires alors qu’ils avaient des justificatifs ou des arguments démontrant leur bonne foi.

Nous défendrons ces dossiers devant la direction pour les rétablir de leurs droits.

Nous avons également abordé  les deux sujets que sont, les fermetures prévues des antennes de Clermont- Ferrand et Chambéry en déplorant encore une fois le manque d’information aux organisations syndicales et la perte de ces deux sites.

Sur la perte d’activité nous regrettons aussi le retour du mandat de gestion du service C/GEST vers la SNCF et nous demanderons un suivi particuliers sur le reclassement des agents de ce service.

Le constat également que la caisse n’as plus qu’un seul mandat de gestion SNCF (les at/mp) nous inquiète pour l’avenir de ce service.

Nous avons ensuite réaffirmé notre attachement à l’examen TAD, tout en soulevant les incertitudes sur les futures modalités de celui-ci. Quid du pr3 ?

Enfin un rappel a été fait de nous faire passer les doléances concernant la restauration d’entreprise afin de faire remonter à la commission restauration du CE et au prestataire sogeres les points à améliorer.

Nous nous retrouvons en décembre pour la prochaine heure d’info syndicale UNSA.

1...45678...12