HIS du 9 mars 2017

6 mars 2017

Capture d’écran 2017-03-02 à 21.27.36

CR réunion DP/CE du 28 février 2017

4 mars 2017

Capture d’écran 2017-03-06 à 18.51.16

Déclaration DP/CE du 28 fevrier

2 mars 2017

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les délégués du Personnel.

Le CHSCT ayant rendu son avis au sujet de la réorganisation V, nous souhaitons dans le cadre du CE suivre les préconisations de celui-ci. L’expertise du cabinet ORSEU  a mis en évidence un contexte difficile dans cette sous direction et des points importants de cette réorganisation ne sont pas encore bien déterminés.

Depuis des mois nous vous alertons dans les instances sur ces difficultés et la nouvelle opération de révision concernant les campagnes doubles vient encore de nous le rappeler, pas plus tard que la semaine dernière.

L’absence d’évaluation de la charge de travail et le manque d’anticipation d’événements pourtant connu des mois à l’avance (cf. départs mère de famille en 2016) ont créé des pics d’activités et des situations de crise.

Cela bien sur désorganise le travail et met en difficulté les agents.

Les problématiques informatiques avec des outils non stables et inadaptés ne permettent pas une activité en continu et apporte des dysfonctionnements au lieu de soulager la charge de travail des agents.

La mise en place trop rapide de ces outils, sans réelle prise en compte en amont des avis des gestionnaires se heurte à la réalité  du terrain.

Des agents sont en souffrance et un conflit de valeur entre une qualité de travail détériorée et une volonté de faire du bon travail ne fait qu’empirer. L’affichage du « tout va pour le mieux « ne passe plus en interne.

En ce qui concerne le contenu de cette réorganisation des points sont encore flous :

La question des contrôles et de la téléphonie  ne trouvant pas encore aujourd’hui des réponses claires, nous émettons des doutes sur l’évolution positive de ces chantiers et cela malgré la bonne volonté affichée dans ce projet. Le dimensionnement du département Support Métier et Pilotage nous parait largement insuffisant au vu de l’ampleur des taches récupérées.

Enfin le maintien des effectifs pour l’instant risque de ne pas perdurer si l’on se réfère à ce qui s’est passé à la sous direction M où une fois absorbée leur réorganisation, les effectifs sont en chute libre (-25 agents en 6 mois).

En attendant le retour de la Direction sur les préconisations du CHSCT  le 7 mars, comme le report de la réorganisation au 4eme trimestre 2017,la participation du CHSCT au suivi de cette réorganisation et la participation de RH à tous les entretiens, nous émettrons un avis négatif à ce projet et la délégation UNSA votera contre.

Je vous remercie pour votre écoute.

Election 14 mars

27 février 2017

 

Capture d’écran 2017-02-26 à 15.25.50

Capture d’écran 2017-02-26 à 15.26.07

Commissions de notation 2017

11 février 2017

Capture d’écran 2017-02-11 à 17.49.16

Contractuels affiliés à la complémentaire Humanis

3 février 2017

Contractuels

DÉCLARATION CE EPIC SNCF

1 février 2017

Dans le décret d’autonomie de la CPRPSNCF, et la convention qui lie la SNCF et la CPR, il est notamment prévu L’embauche et la mutation possible d’agents SNCF vers la Caisse.
Or depuis septembre 2013, et l’arrivée d’un nouveau directeur, celui ci a mis fin a l’embauche .de cheminots et surtout stoppé quasiment tout apport de mis à disposition,(une seule mutation en trois ans et demi).Malgré nos demandes incessantes en DP CPR, le directeur nous répond systématiquement que ce n’est pas une volonté mais un manque d’opportunités que de trouver des cheminots .
Nous regrettons cet état de fait, car pendant des années la CPR a pu offrir des postes à du personnel administratif et bien sur ces profils existent dans notre EPIC.
Le 26 janvier 2017, aux DP CPR on nous a annoncé la difficulté pour couvrir 3 postes de gestionnaires à l’antenne de Paris, alors qu’il nous paraît évident que des mutations d’agents SNCF seraient possibles et souhaitables.
Nous vous demandons, Madame la présidente de rentrer en contact avec la Direction de la CPRPSNCF pour relancer et pérenniser ces mutations dans l’intérêt des deux entités.

Un autre sujet qui découle directement de ces difficultés contractuelles, commence à nous inquiéter, il s’agit du déroulement de carrière des agents mis à disposition. La CPR
Etant une circonscription de notation unique, la baisse accélérée des effectifs de cheminots à la Caisse a pour conséquences, la baisse des contingents de notation.
730 cheminots sont mis à disposition mais le rythme de départs à la retraite et l’arrêt d’embauches SNCF, aura pour influence d’ici 5 ans, la chute de cet effectif à moins de 500 et bien sur un déroulement de carrière fortement freiné.
A cela se conjugue l’embauche de salaries à convention collective UCANSS, ce qui ne permet plus de maintenir un déroulement de carrière correct et équivalent aux autres cheminots de l’ EPIC SNCF.
Quelles solutions envisagez vous Madame la présidente, pour solutionner ces futures évolutions ?

Une autre problématique est apparue récemment, concernant le cabinet médical CPR avec la suppression d’un temps plein infirmier au bénéfice d’un temps partiel à 80% et ayant pour conséquences la fermeture deux demi journées par semaine de ce cabinet médical.
Le personnel se retrouvant ainsi sans médecine de soins, (ni médecin ni infirmiers) à cette occasion.
Il est pourtant prévu, là aussi dans le décret et la convention de mise à disposition, le maintien et la continuité de cette médecine au sein de la CPR !
Nous vous demandons, Madame la présidente d’intervenir sur cette problématique qui est survenue suite à une réorganisation des services médicaux.

Déclaration DP/CE du 26 janvier 2017

27 janvier 2017

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les délégués du Personnel.

La délégation UNSA vous présente ses vœux pour cette année 2017.

Voici une année 2017 qui s’annonce particulièrement tendue et incertaine.

En effet le 13 janvier Vanessa PORA, cadre et juriste du service P/SV a été licenciée pour insuffisances professionnelles. Cette décision est grave et nous laisse un goût amer de colère et d’impuissance.
Nous connaissons l’agent, la mère de famille, la collègue de travail qui avait travaillé avec nous de façon efficace sur les problématiques UCANSS.
Nous ne pouvons pas admettre que dans notre caisse aujourd’hui des situations conflictuelles ne se règlent pas en interne et que la seule solution envisagée soit le licenciement.

Que se cache-t-il derrière cette décision sinon la volonté de « faire un exemple » pour un peu plus s’enliser dans un système de terreur. Notre caisse a changé, des agents de tous les collèges sont en souffrance, des conflits entre cadres surgissent au grand jour, des demandes d’explications et des sanctions se succèdent. Nous sommes extrêmement inquiets par la tournure que prend notre environnement de travail et cela en complète contradiction avec votre discours, Monsieur le Président lors des vœux.

Les agents UCANSS se posent des questions sur leur devenir et les cheminots sont dans la même situation.
Nous attendons rapidement vos réponses, sur ces inquiétudes !

Notre rôle de délégués nous permet d’avoir un regard global sur l’état des lieux de notre entreprise.
Un mal-être général et de véritables souffrances nous remontent de plus en plus souvent.

Les pressions, la suspicion, le manque de confiance ne permettent plus aux agents de s’épanouir dans leur travail. Pire, des risques psychosociaux en découlent.

Votre affichage permanent d’autosatisfaction, de qualité et de bien être ne reflète en rien la réalité du terrain. Tout au contraire.

En effet, dans le cadre du CHSCT, une expertise sur la réorganisation de la sous direction de l’assurance V est en cours et les alertes successives de souffrances au travail permanentes dans cette sous direction.
Cette année 2017 s’annonce malheureusement comme une année source d’anxiété et de stress.

Il n’est pas dans nos habitudes d’exagérer ou de noircir les choses mais notre espoir d’une communauté de travail sereine s’estompait depuis plusieurs mois et a maintenant totalement disparu depuis le licenciement brutal de notre collègue Vanessa Pora.

Lors de vos vœux vous n’avez à aucun moment évoqué les relations sociales. Pourtant une échéance importante arrive le 14 mars 2017 avec les élections professionnelles des délégués du personnel de la CPR.
Nous voulons rappeler ici, Monsieur le Président, que les organisations syndicales représentatives de la caisse travaillent dans l’intérêt général des agents cheminots et UCANSS de la caisse et l’action des membres du CHSCT ainsi que des délégués du personnel le démontre au quotidien.

Malgré quelques divergences, le climat social entre les organisations syndicales reste avant tout basé sur le respect mutuel. Nous souhaitons donc qu’un dialogue social rétabli permette une réelle écoute des situations conflictuelles. Nous ne pouvons accepter une dégradation inéluctable de notre outil de travail et de notre entreprise, les répercussions humaines sont trop dangereuses pour continuer dans cette voie là.

Jamais, depuis l’existence de notre organisme, le climat social n’a connu une telle dégradation. Dégradation dont vous portez la responsabilité du fait d’un management qui n’est en réalité qu’un commandement basé sur la suspicion, la pression permanente, le manque total d’écoute et, comme en témoigne le licenciement de notre collègue, la brutalité et le non discernement.
Il est de notre devoir de réagir à cette aggravation des tensions et d’exposer notre désaccord à votre gouvernance.

Je vous remercie de votre attention.

L’UNSA rétablit la vérité!

5 décembre 2016

Capture d’écran 2016-11-25 à 11.35.39

Capture d’écran 2016-11-25 à 11.35.59

 

 

Déclaration commune DP/CE du 24 novembre 2016

25 novembre 2016

Monsieur le Président,

Depuis plusieurs mois, la qualité du dialogue social est dégradée. 

Votre choix récurrent de ne pas répondre aux réclamations et revendications des représentants  du personnel dans les  Instances Représentatives du Personnel (IRP) ne grandit pas ce dialogue social pourtant indispensable.

Lors des derniers DP/CE du 21.10.2016, 2 questions qui étaient placées en partie DP auraient du être  traitées en partie économique. Nous avons demandé au Directeur adjoint de profiter de la présence de la Responsable de la sous direction V pour que celle-ci réponde à ces questions. Le sous directeur adjoint a refusé sans donner d’explications. De plus aucune réponse n’a été donnée lorsque ces questions sont revenues en fin de séance. Nous ne pouvons pas comprendre ce type de décision qui ne facilite pas les relations sociales mais au contraire les crispent.

Lorsque le Directeur présidait la partie économique du CE, il acceptait de déplacer et de répondre à des questions DP. Du fait de son absence des IRP depuis le début de l’année 2016, cela n’est plus possible.

C’est pourquoi la délégation du personnel de la CPR a fait le choix de manière unanime de ne pas vous poser de questions en CE et en DP ce mois ci.

Nous souhaitons vous interpeler sur le fonctionnement des IRP et sur l’indispensable écoute et compréhension des élus et mandatés portant les questions légitimes des salariés de notre Caisse.

Afin d’améliorer la qualité du dialogue social, nous demandons que tous les documents nécessaires à la compréhension et au suivi des sujets abordés nous soient transmis en temps et en heure.

Pour les questions économiques importantes, il nous semble normal que le Directeur soit présent.

Il conviendrait que les prérogatives de chacune des IRP soient rappelées et respectées et que les interrogations des salariés que nous vous portons puissent faire l’objet d’une véritable écoute et compréhension plaçant l’Humain au centre de nos préoccupations.

Nous communiquerons et expliquerons notre action commune auprès des salariés.

Merci de votre écoute

1...34567...19